Les origines de Lazy Susan.

Alors pourquoi ce nom de Lazy Susan ? On vous entend vous questionner : mais qu’est-ce que peut bien être un Lazy Susan de toute façon ? Eh, bien un Lazy Susan se définit ainsi…

« C’est un plateau tournant, généralement circulaire, qui est placé au centre d’une table afin que tous les convives autour de la table aient accès aux aliments ».

Le consensus est que le terme « Lazy Susan » est apparu pour la première fois dans une publicité de Vanity Fair pour un « serviteur tournant ou Lazy Susan » en 1917. Il était fabriqué par une société appelée Ovington et vous pouviez acheter leur Lazy Susan pour 8,50 $.

La publicité elle-même décrit le Lazy Susan comme un modèle en acajou, de 16 pouces de diamètre, qui tourne sur des roulements à billes. Dans sa description on pouvait lire…

« Un salaire incroyablement bas pour un bon serviteur et le serveur le plus intelligent du monde. »

Aujourd’hui, beaucoup de gens ont tendance à considérer le Lazy Susan comme une relique kitsch des années 1950/60, mais son pedigree est beaucoup plus distingué que cela. D’après les historiens, le concept remonte à l’Angleterre du 18e siècle, où il était plus communément connu sous le nom de « dumbwaiter » (le serviteur muet).

Lazy Susan Turntable

Un serviteur muet est un nom assez explicite, il fait ce qui est décrit sur la boîte. Mais le véritable mystère réside dans le terme désormais populaire de Lazy Susan. La partie paresseuse est assez évidente, je suppose, mais je crains qu’il n’y ait pas de preuve claire quant à l’origine de la partie Susan. Alors, qui est cette Susan ? Et pourquoi était-elle spécifiquement si paresseuse ?

J’ai bien peur qu’il n’y ait pas de réponse définitive, mais plutôt une myriade de mythes et d’histoires, souvent contradictoires. Cet humble « aide-ménagère » a traversé les siècles en restant essentiellement inchangé, mais malgré sa popularité durable, la documentation définitive sur les origines de l’objet reste étrangement insaisissable.

La revue Jewish World a rapporté en 2002 que…

L’objet lui-même est antérieur au nom de « Lazy Susan », comme vous le diront de nombreux antiquaires. Ces plateaux tournants existent depuis les années 1700, où ils avaient souvent plusieurs étages et étaient appelés des « serviteurs muets ». Les « serviteurs muets » étaient appelés ainsi parce qu’ils prenaient silencieusement (d’où le terme « muet ») la place des serveurs dans la salle à manger ».

Cependant, un autre récit crédite à la fois le dispositif et son nom au président Thomas Jefferson, tandis qu’un autre nomme l’inventeur et scientifique Thomas Edison.

Une équipe de chercheurs àwiseGEEK.com pense que…

« Thomas Jefferson a inventé le “Lazy Susan” au XVIIIe siècle, bien qu’on l’appelait alors “serviteur muet”. On dit que Jefferson a inventé le “Lazy Susan” parce que sa fille se plaignait d’être toujours servie en dernier et, par conséquent, de ne jamais être rassasiée en quittant la table. D’autres pensent que Thomas Edison en est le créateur, car il est censé avoir inventé la platine de son phonographe, qui aurait ensuite évolué pour devenir le Lazy Susan ».

Il convient également de noter à ce stade de notre récit que Thomas Edison avait également une fille nommée Susan. Cependant, la véritable histoire du nom Lazy Susan semble être plus une légende qu’un fait.

 

Evan Morris, rédacteur de la chronique The Word Detective, dans un article intitulé « Whirling Domestics » (les domestiques tournants), a déclaré que…

« De nombreuses autorités relatent la théorie selon laquelle “Susan” était simplement un nom de femme de ménage commun, et que le terme “Lazy Susan” appliqué à ce gadget self-service était une référence sarcastique à la paresse supposée des domestiques ».

Et enfin, un autre article de la revue Jewish World donne, à notre avis, la version probablement la plus réaliste de l’origine du nom…

Il est plus que probable que « Lazy Susan » a été modelé sur des combinaisons antérieures en anglais qui utilisent le prénom « Susan » (« Black-eyed Susan » [une fleur] étant la plus courante). Il existe de nombreux mots anglais de ce type qui utilisent des noms de manière générique, par exemple « Peeping Tom », « Jim-Dandy » et « Jolly Roger », pour n’en citer que quelques-uns. Il est également possible que la combinaison du son « z » de « lazy » et du son initial « s » de « Susan » ait séduit le fabricant des Lazy Susan, et que, dans une brillante démarche marketing, le « Lazy Susan » soit né ».

Une chose est sûre, c’est que cet objet est à la fois simple dans sa conception et commun dans son utilisation. Et, comme nous pouvons en témoigner à Lazy Susan, il est plus populaire que jamais. Pourtant, peu importe la durée ou l’intensité du travail du Lazy Susan, les gens remarquent rarement cette petite invention ingénieuse. Ils sont plus intéressés par ce qu’il y a dessus!

 

Il y a quelques années, un Lazy Susan (ou serviteur muet, comme on l’appelait à l’époque) en acajou de 16 pouces de diamètre, datant d’environ 1780, a été vendu aux enchères chez Christie’s à Londres, pour plus de 3 000 livres sterling.